La transmission du virus

La connaissance scientifique est progressive. L’évolution de la connaissance sur les modes de transmission explique des évolutions dans les consignes transmises à la population.

Quand un virus se transmet par gouttelettes, les gestes barrières suffisent à se protéger. Rappelons-nous certaines initiatives du début de l’épidémie de Covid-19. Par exemple, on a commencé par des visières et des plaques de protection. Celles-ci ne sont pas inutiles puisqu’elles permettent de bloquer les gouttelettes, mais elles sont apparues totalement insuffisantes lorsque les médecins ont établi l’importance de la transmission par aérosol. Dans ce dernier cas, le virus peut aisément passer derrière les visières ou les plaques. De même, on a vu des villes nettoyer leurs trottoirs à grands jets de produits virucides. Cela a été abandonné, car cela s’est révélé fort peu utile quand on a mieux compris les modes de transmission du nouveau virus.

C’est bien l’évolution dans la perception du mode de transmission qui a amené les médecins à conseiller le port du masque en population générale.

Accuser un gouvernement de changer ses consignes, c’est lui reprocher de s’adapter à la connaissance médicale qui progresse.

C’est totalement stupide et pourtant, combien de fois l’ai-je lu sur les réseaux sociaux, entendu dans la bouche d’opposants politiques et même de journalistes ? Et je ne parle pas de ceux qui ont disserté sur le manque de stratégie de la part du gouvernement.
Comment décider d’une politique à long terme quand vous ne disposez pas d’une visibilité à quinze jours ?