L’hébergeur : ce qu’il propose

Théoriquement, un ordinateur connecté à internet via un FAI permet de créer un site. En pratique, il faut que le site soit disponible en permanence, que les temps de réponse soient performants, que la sécurité soit assurée, que des sauvegardes soient effectuées, bref de nombreuses contraintes techniques font que la plupart du temps on fait appel à une société spécialisée : un hébergeur.

Regardons l’offre de l’hébergeur que j’utilise (il y a d’autres offres de qualité équivalente, saisissez “hébergeur web” dans votre moteur de recherche préféré pour en obtenir une liste) :

offre hebergeur

On voit que les prix pratiqués justifient qu’on n’essaie pas de construire sa propre infrastructure.
Par ailleurs, l’offre est conçue pour permettre d’évoluer : si votre site prend de l’ampleur, vous pouvez passer à l’offre supérieure sans avoir autre chose à faire que de passer commande. Techniquement, l’hébergeur se charge de tout.

Voyons de plus près chaque rubrique :

  • Espace disque : un site, c’est d’abord un programme qui permet de  diffuser de l’information sur internet. Il faut donc de l’espace disque pour installer ce programme, mais il en faut surtout pour stocker les images et les vidéos que vous allez diffuser,
  • trafic : volume de données échangées entre le serveur et internet (par exemple quand vous transférez des images sur votre site et quand votre site diffuse ces images à vos visiteurs). Il est important que le coût du site ne s’envole pas quand le trafic augmente, comme pour un forfait de téléphone mobile,
  • domaine / DNS : votre nom sur internet (exemple : dfarnier.fr); comme nous l’avons vu dans l’article précédant. Les hébergeurs sont généralement aussi des bureaux d’enregistrements.  Il vont donc vous fournir un nom de domaine internet, qu’ils vont lier à une adresse dans l’espace disque qu’ils vous mettent à disposition. Par exemple, “test.dfarnier.fr” correspond au sous répertoire “www/test/”; quand un internaute saisit l’adresse “test.dfarnier.fr” dans son navigateur, c’est le programme situé dans le sous répertoire “/test” de mon serveur qui est déclenché, en l’occurrence WordPress.
    Je signale un point important à vérifier : vous devez être propriétaire votre adresse internet afin de ne pas devoir en changer si vous décidez de changer d’hébergeur.
  • nombre de sites max recommandés : il s’agit de sites ouverts aux visiteurs via internet. Les sites que vous êtes seul(e) à utiliser (ex : des sites de test) ne sont pas à prendre en compte.
  • modules / CMS / solutions en un clic : voici ce qui est proposé : blogs, CMS, forums, diaporama, commerce en ligne, gestion d’entreprise, mailings et wiki. Tout ceci peut être installé par votre hébergeur, ce qui rend ces outils accessibles aux non informaticiens. C’est une excellente solution j’ai utilisée pour débuter avec WordPress. Ensuite, je me suis rendu compte qu’il existait certaines limitations dues à la sécurité et j’ai réalisé ma propre installation comme expliqué dans l’article sur l’installation de WordPress.
  • comptes e-mails : vous pourrez créer et gérer des comptes de courrier électronique avec votre nom de domaine (exemple : toto@dfarnier.fr),
  • PHP, PERL, C, PYTHON : les langages de programmation que vous pouvez utiliser; par exemple, WordPress est développé en PHP. Si votre hébergeur n’installe pas PHP sur le serveur que vous utilisez, WordPress ne pourra pas fonctionner. Attention : il faut que la version de PHP soit suffisamment récente par rapport à la version de WordPress.
  • SQL : (Structured Query Language) accès à la base de données. Quand vous créez un article dans WordPress, il n’est pas stocké « tel quel ». Son contenu est stocké dans une base de données. Quand un visiteur va vouloir consulter un article, WordPress va récupérer différentes informations dans des fichiers ou dans la base de données pour générer la page à afficher et la renvoyer vers l’ordinateur du visiteur. C’est ce qui permet notamment qu’un même article puisse avoir différentes mises en page en fonction du “thème” utilisé.
  • géocache : même si les réseaux sont très rapides, ils peuvent être encombrés et de toutes façons, cela prendra du temps s’il y a une grande distance entre le site et son visiteur. Les options de géocache permettent de stocker certains fichiers de taille importante et qui ne sont pas modifiés (images et vidéos) dans des endroits différents (exemple : de part et d’autre de l’Atlantique). La distance entre le site et son visiteur étant réduite, les pages s’affichent plus rapidement, ce qui est plus confortable pour le visiteur. C’est aussi apprécié des moteurs de recherche, qui considèrent qu’un site réactif est un site à privilégier.

Un hébergeur propose d’autres services. Notons particulièrement la sauvegarde automatique des bases et des fichiers. Comme on dit, il y a deux types d’informaticiens : ceux qui font des sauvegardes régulières et ceux qui n’ont pas encore tout perdu.

Voici une description des hébergements proposés par mon hébergeur.

Grâce à notre hébergeur, nous disposons de tout ce qu’il faut pour connecter notre site WordPress à internet. Reste la question que se posent ceux qui n’ont jamais exploité un hébergement : en pratique, comment cela fonctionne-t-il ? Dans le prochain article je vous montrerai que c’est très simple et qu’il n’est nullement nécessaire d’avoir d’importantes connaissances en informatique pour mettre en place un super site. C’est différent, mais pas plus compliqué que d’utiliser un traitement de texte ou un tableur.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.